Soutenance de thèse, le 13 mars 2018

Enrico Battiston soutiendra sa thèse à l'université de Florence (Italie), le 13 mars 2018

Titre de la thèse

Développement d’un outil innovant pour optimiser l'activité biologique des substances actives afin de contrôler des maladies fongiques chez Vitis vinifera L.

  • Pr. Florence Fontaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, co-directeur de thèse  
  • Pr. Laura Mugnai, Université de Florence (Italie), co-directeur de thèse
  • Pr. Christophe Bertsch, Université de Haute Alsace, rapporteur
  • Pr. Gianfranco Romanazzi, Università Politecnica delle Marche (Italie), rapporteur
  • Dr. Cecilia Rego, Universidade Técnica de Lisboa (Portugal), examinateur
  • Dr. Stefano Di Marco, Consiglio Nazionale delle Ricerche di Bologna, invité

Résumé

Ce travail a consisté en l’étude l'application du phosphate de calcium comme système de transporteur («drug delivery») pour la protection de la vigne (Vitis vinifera L.). Ce biomatériau a été étudié avec succès dans le domaine médical, de la fonctionnalité du phosphate de calcium avec des molécules anticancéreuses, à la mise au point d'un dentifrice innovant. Des essais préliminaires dans le contrôle des maladies fongiques de la vigne ont révélé des résultats prometteurs.

Dans ce contexte, l'hydroxyapatite inorganique et biomimétique a été étudié en tant que système transporteur potentiel de substances bioactives autorisées en agriculture biologique pour la protection des plantes. À travers une approche multidisciplinaire, l'objectif de l’étude était d’évaluer l'efficacité de l'hydroxyapatite dans l'amélioration de l'activité biologique des composés de cuivre (II) pour lutter contre des maladies fongiques telles que le mildiou et les maladies du bois. Cette étude a pour ambition de contribuer à l'optimisation de la distribution et de la persistance des substances bioactives dans les tissus végétaux, y compris vasculaires, où des pathogènes nocifs peuvent se développer ainsi qu’à la réduction des quantités de fongicides.

Cette recherche a ainsi permis de

  • comprendre l'interaction entre le système transporteur, la substance fonctionnelle et les tissus de la vigne ;
  • démontrer le mécanisme sur lequel l'efficacité supérieure de la substance fonctionnelle est basée ;
  • recueillir de nouvelles informations sur les mécanismes impliqués dans l'expression des symptômes des maladies du bois en étudiant les réactions de défense des plantes induites par les traitements.