En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal ministère de l'Agriculture (DGER) CNIV Bordeaux Sciences Agro Université Champagne-Ardenne IFV ISVV

les maladies du bois de la vigne

Intérêt socio-économique

Estimation de l'impact socio-économique de la mise en œuvre des résultats par la profession

Le développement constant, depuis environ 20 ans, des MDB induit des pertes conséquentes, Grosman et Doublet (2012) rapportent qu’environ 11% du vignoble français était improductif en France en 2008, et 13% en 2012. Bruez et al. (2013) ont par exemple estimé qu’environ 6% des ceps du vignoble Bordelais sont atteints par ces maladies, ce chiffre atteint 14% si l’on inclut les pertes indirectes, c’est-à-dire les plants qui ont été arrachés, ceux qui sont replantés (ils ne produisent pas de baies de qualité avant 3 années), les ceps morts, ceux recépés ….etc. En Poitou-Charentes ces auteurs indiquent que durant la période 2003-2008 : 21,2% des ceps étaient atteints par l’eutypiose, 4,8% par l’esca/BDA et 6,6% étaient considérés comme improductifs ; cela correspondait à un total de 32,6% de ceps non-productifs. Ces maladies habituellement présentes chez les vignes âgées sont aujourd’hui observées chez les jeunes plants (Kobès et al. 2006). Les scientifiques et les professionnels s’interrogent sur les causes de ces mortalités précoces. La situation est également très préoccupante pour des cépages traditionnels très sensibles tels que le Sauvignon ou l’Ugni blanc, très répandus dans certaines régions.

Cépages sensibles, champignons pathogènes et lutte biologique par P. oligandrum

 

Les objectifs de ce projet comprennent plusieurs approches complémentaires  qui visent à répondre à la demande très forte des acteurs de la filière viti-vinicole française sur les maladies du bois de la vigne. Les recherches s’appuieront sur un important réseau de parcelles suivies depuis une dizaine d’années pour certaines, et réparties dans toutes les régions viticoles françaises. Les actions permettront d’identifier précisément la microflore colonisant les ceps d’une même parcelle, ayant exprimés ou non des symptômes d’esca/BDA. Des prélèvements seront faits dans différentes régions françaises et la microflore de cépages très sensibles, sensibles et tolérants seront étudiées et comparées. Des microflores pathogènes et protectrices seront recherchées. Ces connaissances et l’étude de micro-organismes protecteurs naturellement présents au vignoble au niveau de la rhizosphère des ceps (Pythium oligandrum) ou au niveau du bois sain (bactéries) devraient aboutir, à moyen terme, au développement de nouveaux moyens de protection biologique contre les MDB.

Lutte biologique

 

Concernant la tolérance des cépages, les données qui seront acquises devraient permettre d’identifier des ressources génétiques potentiellement tolérantes à Eutypa lata et à certains Botryosphaeriaceae, et d’envisager la mise en place d’une méthode de lutte alternative complémentaire de la lutte biologique contre ces agents pathogènes. Au cours de ce projet, la consolidation et l’identification de nouveaux marqueurs de tolérance constitueront de nouveaux outils pouvant servir par la suite de support aux obtenteurs/sélectionneurs pour la sélection de cépages et/ou clones moins sensibles à ces pathologies. Ce matériel végétal plus adapté offrira aux viticulteurs une solution durable, sans utilisation de nouveaux intrants.