En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal ministère de l'Agriculture (DGER) CNIV Bordeaux Sciences Agro Université Champagne-Ardenne IFV ISVV

les maladies du bois de la vigne

Synthèse bibliographique

Les MDB sont considérées comme très dommageables pour la pérennité du patrimoine viticole. Les parasites responsables de ces maladies provoquent à plus ou moins long terme la mort du cep et peuvent nécessiter un renouvellement des plants pouvant atteindre plus de 13% d’un vignoble (Grosman et Doublet, 2013 ; Bruez et al., 2013). Depuis environ une dizaine d’années, on constate une progression inquiétante de ces maladies.

Plusieurs observations laissent à penser que ce phénomène n’est probablement qu’en début de cycle :

  • l’interdiction de l’arsénite de sodium, seul moyen actuellement connu pour combattre les maladies du bois, à partir de 2001 ;
  • l’augmentation annuelle du taux de mortalité de 4 à 5 % à partir de la cinquième année dans des parcelles où le traitement par l’arsénite de sodium a été arrêté ;
  • et le taux élevé de ceps asymptomatiques contaminés dans le vignoble.

La suppression de l’arsénite de sodium, dans tous les pays viticoles du fait de sa toxicité non seulement pour l’homme mais aussi pour l’environnement, inquiète d’autant plus les viticulteurs qu’aucune méthode de lutte de remplacement satisfaisante ne leur a été proposée. Par conséquent, les effets de ces MDB seront nombreux à moyen terme : elles entraîneront soit une dépréciation de la qualité des vins suite à un rajeunissement et une hétérogénéité d’âge des parcelles, soit une perte de la typicité d’un vin d’une région viticole suite à la non replantation des cépages les plus sensibles ; et cela à l’échelle nationale et mondiale.

Pour avoir une vue complète de la situation, il faut préciser que les MDB sont associées à la présence de différents champignons capables de dégrader les tissus ligneux mais peu d’informations sont disponibles sur les différents processus de dégradation du bois ainsi que sur leur facteur de virulence (métabolites secondaires, polypeptides, et autres) (Abou-Mansour et al., 2009 ; Andolfi et al., 2011). L’expression des symptômes foliaires est aléatoire et il existe 2 formes de la maladie, forme lente et sévère, aucun Vitis vinifera résistant n’a été décrit, et la sensibilité aux MDB d’une vigne, d’un même cépage et de même âge, dépend aussi de son environnement pédoclimatique (Surico et al., 2000 ; Guérin-Dubrana et al., 2005 ; Bertsch et al., 2013). D’autres facteurs agronomiques tels que la vigueur en lien avec son état de réactivité face à une agression, la taille, le mode de conduite peuvent influencer la vulnérabilité de la vigne aux MDB (Larignon et al., 2009).

Face à ces interrogations et suite à l’interdiction de l’arsénite de sodium, aucun moyen de lutte efficace n’est à ce jour disponible pour contrôler les MDB. Des recherches actuelles portent sur l’effet de micro-organismes utilisés en lutte biologique, notamment les Trichoderma (Hunt et al., 2001 ; Di Marco et al., 2004 ; Mounier et al., 2011), mais également Pythium oligandrum (Gerbore et al., 2013) et Burkholderia phytofirmans (Ait Barka et al., 2013). La lutte contre les MDB est donc actuellement engagée et parmi les axes développés, il y a :

  • les études épidémiologiques et l’incidence des pratiques culturales sur l’expression des MDB (projet V1303) ;
  • l’évaluation de l’importance de la communauté fongiques et bactériennes en liaison avec l’expression des symptômes foliaires d’une part et comprendre la diversité de la résistance/tolérance de la plante face à ces pathogènes d’autre part (projet V1302) ;
  • mais également la caractérisation de l’agressivité des pathogènes pour mieux comprendre cette interaction hôte-pathogènes.

Une nouvelle action proposée est consacrée à la compréhension du mode d’action de l’arsénite de sodium afin de mieux connaître son effet sur cette interaction vigne-pathogènes aboutissant à la non-expression de symptômes foliaires pour en ressortir un moyen de lutte innovant et efficace. En effet, l’arsénite de sodium était un moyen de lutte très efficace et pourtant peu d’informations sur son mode d’action sont disponibles. La finalité de ces recherches est de mieux contrôler les MDB en améliorant la prophylaxie et la production de matériel sain à court terme, puis en développant de nouvelles méthodes de lutte comme substituant à l’arsénite de sodium à long terme.

Bibliographie

Liste des publications sur le sujet
Lire la suite