En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal ministère de l'Agriculture (DGER) CNIV Bordeaux Sciences Agro Université Champagne-Ardenne IFV ISVV

les maladies du bois de la vigne

Partie 2

Partie 2
© J. Gerbore
Lutte biologique contre plusieurs champignons impliqués dans les maladies du bois de la vigne par utilisation de l’oomycète, Pythium oligandrum. Etude de la relation plante / pathogènes / P. oligandrum par RNAseq

Objectif

Il s’agira de comparer par analyse RNA seq les réponses de la vigne inoculée au niveau du tronc par un des agents pathogènes suivant : P. chlamydospora (impliqué dans l’esca), Neofusicoccum parvum (impliqué dans le BDA), E. lata (agent responsable de l’eutypiose) lorsque la rhizosphère des plants est colonisée ou non par P. oligandrum.

Méthodologie

Une thèse débutée en décembre 2012, donc parallèle à la présente demande de financement, possède un volet portant sur la protection induite par P. oligandrum contre les 3 pathogènes cités ci-avant. Une expérimentation identique à celles mises en oeuvre en 2010 et 2011 (cf. partie 2 avec P. chlamydospora) est en cours d'établissement avec N. parvum et E. lata. Les échantillons des 3 années seront mis à profit dans des analyses par micro-arrays et RNAseq (séquençage global des mRNA présents dans l'interaction plante/pathogène). L'avantage de la technologie RNAseq réside dans la possibilité d'obtenir une meilleure résolution quant aux molécules issues de la vigne (épissage alternatif des mRNA, séquences additionnelles par ex : miRNA impliqués dans l'interaction) ainsi qu'un accès aux molécules issues des pathogènes (effecteurs et autres).

Cette technologie apportera des informations moléculaires sur les gènes de la vigne induits par la présence du pathogène ainsi que sur l'état physiologique du champignon infestant (P. chlamydospora, N. parvum, E. lata). Des séquences spécifiques du champignon seront alors obtenues, ce qui aidera dans l'exploration moléculaire de la relation plante-pathogène-agent de biocontrôle par une approche double, d'une part vis à vis de la plante et d'autre part vis à vis du champignon, ce qui est actuellement limité du fait de la rareté des données moléculaires sur les champignons impliqués dans les maladies du bois de la vigne. Ce problème va être résolu via une collaboration avec des chercheurs (K. Baumgartner) de l'USDA/Université de Californie (Davis, USA) qui va permettre à court terme de bénéficier des génomes des 3 pathogènes utilisés. En effet, il sera important dans les étapes d'analyse des données RNAseq de pouvoir comparer les espèces mRNA séquencées d'une part au génome de la vigne (disponible depuis 2007) et d'autre part aux génomes des pathogènes (en cours de séquençage). Du fait de l'importance de cet aspect dans l'analyse de nos données RNAseq, le présent programme de recherche pourra éventuellement inclure une participation à l'annotation des génomes fongiques.

Le RNAseq sera réalisé à la plateforme de séquençage de Toulouse utilisant la technologie MiSeq d'Illumina (dernier type de séquenceur acquis par cette plateforme de séquençage). Cette nouvelle technologie permettra d'obtenir des séquences d'environ 200 bases. L'utilisation de ces technologies moléculaires nécessite une partie importante d'analyse bioinformatique en lien direct avec la plateforme séquençage de Toulouse.

Mise au point de l'expérimentation

Une étape préalable à l'utilisation de cette technologie RNAseq réside dans une quantification relative des mRNA issus du champignon pathogène au sein de la population totale mRNA extraite des échantillons de bois inoculés par le pathogène. Cette étape se fera par amplification en qRT-PCR sur les échantillons qui seront soumis à RNAseq.

Les bases de données moléculaires (ncbi, EBI) possèdent quelques séquences dont :

  • le transcrit des gènes tubuline et MoxY (steroid monoxygenase) pour P. chlamydospora,
  • le transcrit des gènes tubuline et GAPDH pour N. parvum,
  • les transcrits des gènes tubuline et GAPDH pour E. lata (les séquences d'E. lata ont été déposées dans les banques publiques par nos collaborateurs de l'UC Davis).